Beach ball filled with air from the lungs of a dying man

Philip newcomb beach ball03

Philip Newcombe

2010

Objet, ø 60 cm.
Materials: ball, object to expire over time

Collection: Courtesy Maria Stenfors, London & Philip Newcombe.

Beach ball filled with air from the lungs of a dying man (2010), l’œuvre centrale que Newcombe présente dans El Hotel Eléctrico, est un projet qui suit un processus. Le titre indique que le ballon de plage bariolé que l’on aperçoit dans l’espace du musée est rempli du souffle d’un homme qui meurt. L’artiste en personne ? Tandis que la vue d’un tel ballon évoque une partie de football de plage entre une bande d’enfants qui passent des vacances ensoleillées au bord de la mer, le titre nous enlève tout espoir d’insouciance. La création d’un film d’animation ou d’une œuvre d’art mobile est parfois définie comme « un acte qui insuffle vie à de la matière morte ». Newcombe applique cette métaphore à la lettre, avec une conséquence paradoxale. Sans perdre en ludisme, la balle devient un élément performatif du récit dans l’univers mental du spectateur. La condition mortelle de l’homme est transposée vers le ballon gonflé, celui-ci se trouve provisoirement dans l’espace, mais tôt ou tard, se dégonflera et mourra. Bref, un simple jouet d’enfant devient un objet métaphysique dans l’exposition.

Events View all

Ensembles View all

Actors View all

Linked Items View all