Job Koelewijn

° 1962

Vit à Amsterdam (NL), né à Spakenburg (NL).

Job Koelewijn a seulement commencé à s’intéresser à l’art à un âge plus avancé de sa vie, lorsqu’il a commencé à dessiner et à peindre pendant sa revalidation après un accident de la route. Il a donc commencé sa formation à l’académie Gerrit Rietveld à la fin de ses vingtaines et il l’a terminée par une performance de haut vol en 1992. Sa mère et ses trois tantes, déguisées en tenues traditionnelles de Spakenburg, ont lavé les fenêtres du pavillon Rietveld qui était lié à l’école. Cette action faisait référence d’une part au foyer de Koelewijn et à son éducation réformée qu’il y a reçue, et d’autre part à la fin de ses études. De telles références à ses racines et à son environnement familial sont souvent présentes dans l’œuvre de Koelewijn. Dans ses œuvres récentes, il est possible de constater une importance croissante de l’aspect autobiographique, mais sans jamais devenir trop personnel et tout en restant toujours reconnaissable pour le spectateur. Le spectateur est directement touché par la fantaisie de l’artiste : il titille les sens avec des matériaux comme la poudre de bébé, des spaghettis secs, des cubes de bouillon, des sucreries, de l’eucalyptus et du savon vert. En outre, il se rapproche beaucoup du spectateur en agissant dans l’espace (du spectateur) et en ne se limitant pas au cadre au mur ou à l’emplacement sur le socle. Les choix effectués par Koelewijn à cet égard sont toujours limités au strict minimum et précis. Le caractère autobiographique entraîne inévitablement un lien étroit avec des thèmes plus larges comme la vie et la mort, le départ et un nouveau commencement. Koelewijn intègre également des références à de grands exemples des arts plastiques et de la littérature. Pour cette raison, les photos, les vidéos et les installations ne peuvent pas toujours être regroupées sous un dénominateur commun, mais elles jouent presque toujours avec le temps et l’espace. L’espace est assurément quelque chose de fascinant pour l’artiste : l’espace ne représente pour Koelewijn pas seulement une donnée matérielle. Il estime que les pièces, les salles de musée ou les galeries sont aussi des créateurs d’ambiance qui exercent une influence sur les pensées et l’humeur des personnes. Depuis le début de sa carrière artistique, Koelewijn manipule les espaces et leur perception, ce qui donne au verbe « expérimenter » une place de premier choix dans son œuvre.

 

Items View all

Events View all

Ensembles View all

Media View all