Untitled

Vermeiren,%200006%20didier,%20sans%20titre,%201992%20photo%20jan%20kempenaers

Didier Vermeiren

1992

Sculpture, 165 x 81 x 89 cm.
Materials: iron, plaster

Collection: Collection M HKA, Antwerp (Inv. no. BK6064_M118).

Cette œuvre de 1992 se compose de deux socles identiques, en plâtre. Le socle supérieur est posé sens dessus dessous sur l’inférieur. L’artiste analyse ici le socle devenu sculpture. Il place le spectateur face à un problème: où commence la sculpture ? Faut-il considérer la partie inférieure comme le socle et la partie supérieure comme la sculpture ? Pour Vermeiren, l’ensemble constitue la sculpture. Ainsi, il supprime le rôle traditionnel du socle, à savoir celui d’élever la sculpture.

Dans sa sobriété, l’œuvre paraît très moderne, même minimale. L’art sculptural moderne a sapé la pertinence du socle: l’œuvre est posée à même le sol et le socle devient lui-même sculpture. Cela met fin à la dissociation traditionnelle entre le socle faisant office de piédestal et l’œuvre présentée. Vermeiren prend le socle classique pour point de départ de son œuvre et analyse de la sorte la relation entre la sculpture moderne (dénuée de socle), son histoire et les possibilités de la sculpture contemporaine.

Les sculptures-socles témoignent aussi d’une recherche de la manière dont un artiste peut s’approprier des éléments de l’histoire de l’art. Outre les références au socle classique, les deux piédestaux posés inversement l’un sur l’autre suggèrent aussi la colonne, évoquant du coup l’un des archétypes fondamentaux de l’art. L’œuvre aborde aussi la question du positif et du négatif, de la présence et de l’absence, du rehaussement et du déplacement.

Media View all

Events View all

Ensembles View all

Actors View all