Tremor, Rumour, Hoover

2018 middlegate ii geel photo m hkacc 10 1

Hüseyin Bahri Alptekin

2001

Installation, 270 x 445 cm .
Materials: sequins mounted on plastic plates

Collection: Collection M HKA, Antwerp / Collection Flemish Community (Inv. no. BK7923).

Tremor Rumour Hoover fait partie d’un certain nombre d’œuvres produites selon une technique de panneaux commerciaux faisant usage de rangées de grandes paillettes qui scintillent dans le vent. Alptekin disposait méticuleusement les paillettes de façon à ce qu’elles forment du texte ou des images, en s’inspirant de la tradition française du lettrisme des années 40 et 50, un mouvement à la croisée de la poésie et des arts plastiques. De même que ses autres œuvres de ce style, Tremor Rumour Hoover s’inspire de jeux de mots et de calembours très subjectifs. Alptekin écrivait souvent des poèmes faisant transparaître des conceptions philosophiques sur son existence et sur le monde, et sélectionnait ensuite des séries de mots polysémiques, à la fois simples et complexes. Tremor makes Rumour, rumour makes humour (le tremblement fait la rumeur, la rumeur fait l’humour) est une phrase trouvée dans ses notes et fait référence à la peur des tremblements de terre qui règne à Istanbul suite au séisme du 17 août 1999. Alors que Tremor Sea, Black Tremor, Hoover the Water (mère agitée, tremblement noir, engloutir l’eau) semble référer à d’autres formes de mécontentement. Inscrire ces structures de mots sur un système de panneaux signalétiques « bon marché et joyeux », intérieurs ou extérieurs, était sa manière d’offrir une double existence aux œuvres : dans l’espace d’exposition ou dans l’espace public.

Media View all

Events View all

Ensembles View all

Actors View all