M HKA gaat digitaal

Met M HKA Ensembles zetten we onze eerste échte stappen in het digitale landschap. Ons doel is met behulp van nieuwe media de kunstwerken nog beter te kaderen dan we tot nu toe hebben kunnen doen.

We geven momenteel prioriteit aan smartphones en tablets, m.a.w. de in-museum-ervaring. Maar we zijn evenzeer hard aan het werk aan een veelzijdige desktop-versie. Tot het zover is vind je hier deze tussenversie.

M HKA goes digital

Embracing the possibilities of new media, M HKA is making a particular effort to share its knowledge and give art the framework it deserves.

We are currently focusing on the experience in the museum with this application for smartphones and tablets. In the future this will also lead to a versatile desktop version, which is now still in its construction phase.

Ensemble: Aanwinsten 2016 [Acquisitions 2016]

©image: M HKA, Antwerp

Par des engagements antérieurs dans divers mouvements, le M HKA a développé une collection substantielle d’art, originaire de l’ancienne Union Soviétique, qui peut être utilisée d’une façon significative endéans un perspectif euro-asiatique. En 2016, surtout à cause de la Biennale de Moscou, la collection a connu un renforcement de cet ensemble: l’art euro-asiatique avec un accent sur la performativité et l’engagement sociocritique. La collection a été élargie avec deux films de Evgeny Granilshchikov. Une œuvre de Babi Badalov  a également été achetée. Dans Iam euromental (2015) on expérimente avec des mots où des langues et des images de différentes cultures se mélangent. Une installation de Alevtina Kakhidze a également été acquise. The Most Commercial Project (2010) met l’accent sur la culture de consommation. Kakhidze travaille sur la tension dans le rapport entre le désir et la nécessité en dessinant les objets de son désir en y ajoutant non seulement le prix mais en leur donnant effectivement ce prix – comme prix restant. Du collectif chinois Birdhead, qui observe la ville et son entourage, Welcome to BIRDHEAD World Again, Moscow (2015) a été acheté. Grâce à la collaboration structurelle avec la V–A–C Foundation de Moscou, qui supporte depuis 2009 l’art contemporain russe, M HKA a su acquérir l’installation remplissant toute une salle, Immortality Forever (2015) de Evgeny Antufiev. Antufiev thématise sa relation avec la culture populaire (russe). L’installation se concentre sur la danseuse légendaire Anna Pavlova. Il organisait également un échange avec les sponsors où un ticket d’entrée à l’exposition donnait une réduction pour un gâteau Pavlova et vice versa. Finalement l’artiste Victoria Begalskaya a cédé les droits de projection de son film Aphrodite’s Girdle (2014).

A l’occasion de diverses expositions au M HKA des œuvres d’artistes nationaux et internationaux importants ayant une importante connotation sociopolitique ont été achetées. Ainsi TREMOR, RUMOUR, HOOVER (2001) de Huseyin Alptekin est acheté. C’est de l’”art plastique” qui reflète les qualités matérielles prosaïques du “bric-à-brac global” créé par le courant du marché capitaliste libre.  Des jeux de mots très subjectifs sont placés dans un système de signalisation billboard ‘bon marché et amusant’. De l’artiste Otobong Nkanga une de ses œuvres en textile a été achetée à l’occasion de son exposition dans la série d’expositions ‘In Situ’ au rez-de-chaussée du M HKA. Son œuvre traite les relations entre la richesse naturelle de la terre et leur exploitation par les gens.  Un de ses soucis centraux et permanents est comment l’exploitation des minéraux est indissociablement liée au capitalisme. De Kati Heck la grande installation Holy Hauruck - der Maler und ihre Muse (2016), qu’elle a réalisée spécialement pour une exposition à deux avec Vaast Colson, a été achetée.  De ce dernier le musée a acquis Old Town Canoe (2015), grâce à une donation des Amis du M HKA.

En 2016 la collection a connu un accroissement de l’avant-garde international de notre région des années soixante et soixante-dix avec un accent sur la performativité et l’engagement sociocritique. La présence dans la collection du musée déjà considérable de Panamarenko a été complétée avec deux maquettes de voitures imaginaires qui symbolisent de façon poétique le rêve de voler sur ses propres moyens : Meganeudonen et Reis naar de sterren. Aussi l’achat de l’œuvre de Daniël DewaeleKunst tegen werkloosheid (1979) doit être vu dans ce même contexte. Et Danny Matthys a aussi donné quelques œuvres photographiques au M HKA. L’ensemble autour de Danny Matthys a ainsi gagné plus d’importance. Cette année-là des pourparlers ont démarrés autour du legs de l’artiste Hugo Roelandt, qui était un des pionniers de l’art de performance en Belgique durant les années ’70 et ’80. Hugo Roelandt a fait don d’une partie de son legs à l’Académie Royale d’Anvers. Sa partenaire, Lydia Van Loock, et l’Académie ont décidé de conserver l’archive de l’artiste dans son ensemble comme plate-forme de recherche sur l’artiste et l’art de performance en Belgique et de le donner à leur tour au M HKA. Le M HKA s’est également engagé pour l’œuvre du journaliste, essayiste, peintre, dessinateur, performeur et artiste conceptuel Jef Lambrecht et a pu acquérir par donation quelques de ses œuvres de référence.

Des œuvres d’art d’artistes récentes qui ont élaboré à la tradition d’avant-garde ont également été acquises. A l’occasion  de l’exposition ‘The Gap’, avec Luc Tuymans comme curateur, sur l’abstrait dans l’art belge du vingtième siècle et contemporain, une œuvre de Timothy Seghers a été acquise.  Il redéfinit la planéité avec ses sculptures murales  noires. Des surfaces deviennent le néant noir.  Ces œuvres forment l’espace mais sont en même temps bidimensionnelle. Egalement des œuvres de Maryam Najd ont été acquises.

 

En 2016, M KHA a acheté une première partie d’un grand projet de longue durée de l’artiste Danny Devos. Depuis le milieu des années 80, Danny Devos correspondait avec des tueurs en série condamnés afin de comprendre les motifs des tueurs. Le projet Jockel est un ensemble clé dans l’œuvre de Devos vu que les différentes faces de sa pratique se rejoignent. Les lettres encadrées réfèrent à sa correspondance. Les 4 performances aux endroits où les 4 victimes ont été tuées relient son art corporel et ses performances avec le projet.  Les objets réfèrent à ses sculptures et installations.

L’ensemble de base autour de la poésie visuelle de Paul De Vree a été contextualisé progressivement au niveau international, en y ajoutant des graphiques, des esquisses et des films de divers poètes visuels italiens avec lesquels De Vree collaborait. Après une donation précédente d’une série d’esquisses et dessins en projet, le poète visuel Sarenco 7 donne des nouvelles œuvres créées dans les années soixante-dix. Ainsi l’ensemble de la collection autour de la poésie visuelle et concrète connait un élargissement et un renforcement de l’avant-garde international dans notre région des années soixante et soixante-dix avec l’accent sur l’engagement sociocritique.

Des autres ajoutes à la collection étaient des œuvres de Jonathan Meese et Jan De Lauré.  Au-delà, le musée a acquis quelques œuvres plus petites, éditions et multiples  de divers artistes.

Cacher cette description

Oeuvres

>Robert Filliou, Exposition intuitive, 1966.Installation, 10 photographic enlargements of telegrams, on wooden stretchers, 65 × 92 cm.

>Sarenco, Poetical License, 1969.Mixed Media, digital print, canvas, 99 x 64 cm.

> Panamarenko, Meganeudon, 1973.Multiple, fiberglas, hout, plexi, ijzer, motor, 15.3 x 36 x 12.5 cm.

>Daniël Dewaele, Kunst tegen werkloosheid, 1979.Installation, zwart/wit foto’s en teksten, 60 x 400 cm en 1 tafel met documenten 60 x 120 cm.

> Panamarenko, Reis naar de sterren [Voyage to the Stars], 1979.Multiple, ijzer, koper, hout, motor, object in plexi box, 22 x 41 x 55 cm.

>Danny Devos, Bett des Jägers, 1993.Installation, staanlamp en houten bed met getekende landkaart van het ruhrgebied met aanduiding en foto’s van relevante plaatsen in het verhaal van joachim kroll, tekening en kleurfoto’s op gegalvaniseerde plaat, bed: 108x208x48cm; plaat: 100x200cm.

>Danny Devos, Jockel Bibliografie, 1993.Installation, 400 ingelijste (zwart hout) krantenartikels gekleefd op karton, 31.8 x 23 cm per lijst.

>Hüseyin Bahri Alptekin, Tremor, Rumour, Hoover , 2001.Installation, sequins mounted on plastic plates , 270 x 445 cm .

>Alevtina Kakhidze / Алевтина Кахідзе, The Most Commercial Project / Найкомерційніший проєкт, 2010.Installation, video and drawings and photocopies, variable.

>Jonathan Meese, DRAGONBABY "Johnny" Series, 2012.Photography, acrylic on unique photograph, artist frame, 108 x 148 cm.

>Victoria Begalskaya, Aphrodite’s Girdle, 2014.Video, video, documentary, color, sound, english subtitle, 00:27:30.

>Maryam Najd , I was raised to be covered III, 2014.Leaflet, oil on canvas, 150 x 110cm.

>Nadia Naveau, I Spy with my little Eye, 2015.Sculpture, 16 × 38 × 11 cm.

>Jan De Lauré, Untitled, 2015.Painting, oil on paper, 156.1 x 106 cm.

>Jonathan Meese, HALLO, DER ACRYL-SPACHTEL-DETEKTIV "DADDYTÜF" ISST DEIN TARTUFO, SO GERNE..., 2015.Painting, acrylic and acrylic modelling pasta op canvas, 100.6 x 80.4 x 3.3 cm.

>Evgeny Antufiev, Immortality Forever, 2015.Installation, mixed media, variable dimensions .

>Babi Badalov, I am Euromental, 2015.Installation, 27 sheets, ink on cotton, variable dimensions.

>Vaast Colson, Old Town Canoe, 2015.Sculpture, concrete, plastic, metal, led, Variable dimensions.

>Timothy Segers, UTOP a5 20150609, 2015, 2015.Mixed Media, powder-coated metal , 103.7 x 76 cm .

>Otobong Nkanga, Infinite Yield, 2015.Mixed Media, textile.

>Maryam Najd , Mediterranean Blanket II, 2016.Film, oil on canvas, 50 x 40 cm.

>Kati Heck, Holy Hauruck - Der Maler und ihre Muse, 2016.Installation, isomo, stof, metaal, hout, plasticrete, tv, plastic, lamp, stro, haar, hazelnootschnaps, variable dimensions.